Le long trajet de la bière à vous

Le FOMO (fear of missing out) est une maladie constitutive de nombreuses formes de beer geekness. Certains chez Agence Vitriol ont été atteint dans leur jeunesse mais sont en rémission depuis, d’autres ont été vaccinés tôt contre le virus, et l’un de nous combat toujours la maladie ― je vous laisse deviner lequel, mais ses symptômes de beerswing sont apparent. 

Cependant, la bière n’est pas un produit qu’on fabrique en un jour. Certes, on peut brasser, fermenter et embouteiller une ale en quelques semaines, mais plusieurs bières sur lesquelles on a fait macérer des fruits, d’autres affinées en fût, parfois les deux, ou certaines qui maturent longuement avant d’être assemblés, comme du lambic, prennent des mois voire des années avant de se trouver dans vos mains impatientes. Cet état de fait est encore plus vrai dans l’importation privée au Québec.

Prenons un exemple, celui de la Pinot Meunier de Tilquin.

En novembre 2020, la Gueuzerie Tilquin annonçait l’arrivage de 1050kg de raisin Pinot Meunier de leurs amis du Domaine W (en photo ci-dessus).

En mars 2021, la macération des fruits est terminée, Tilquin nous annonce faire l’assemblage et que la bière devrait être disponible en décembre 2021. 

En janvier 2022, après 10 mois de conditionnement en bouteille au lieu de 9, la Pinot Meunier est prête à la vente sur place, en Belgique. Le temps de discuter des quantités, c’est autour de ce moment, en février 2022, où Agence Vitriol réserve son allocation Tilquin, incluant la Pinot Meunier. On envoie notre commande à la SAQ.

En juin 2022, on annonce cet arrivage sur nos réseaux

En août 2022, la commande arrive dans les entrepôts de la SAQ. 

En septembre 2022, nous auront fait notre habituel tirage Tilquin (vous êtes impatient.e.s, hein? Ça s’en vient!), les gagnant.e.s seront déterminé.e.s.

En septembre ou octobre 2022, le processus de sortie d’entrepôt de la SAQ devrait être terminé, la distribution des caisses dans le réseau SAQ sera faite, nos client.e.s auront, si tout va bien, leurs bières en main. 

Nous avons donc cette bière presque 2 ans entre l’annonce de la fabrication de la bière et 9-10 mois après sa sortie en Europe. On comprend donc que le FOMO n’est pas une maladie qui est compatible avec le processus d’IP. Cela étant dit, les brasseries que vous encouragez et que nous apprécions, avec qui nous avons un partenariat solide, comme Tilquin depuis nos débuts, nous nous efforcerons toujours d’avoir autant les classiques indémodables de la brasserie que les bières à plus petits volumes, les bières saisonnières, les bières spéciales. Alors lorsque la Gueuzerie Tilquin annonce sortir Roussanne et Syrah ou la Rhubarbe, on ne peut jamais jurer de rien sans avoir eu la facture en main et la SAQ qui les amènent à bon port (on a déjà eu une palette perdue!), mais les chances qu’on en ait dans la prochaine année s’estiment entre «des bonnes chances, ouais» à «aaah, pas mal sûr!» Et lorsque Tilquin annonce débuter une macération de pêche, aussi excitant cela soit-il (c’est si bon dans le lambic, des pêches!), il faut se calmer, méditer, et prendre en considération qu’on n’y goûtera peut-être que dans 2 ans.